france.tv

Développer l’oreille musicale des bébés

2 min de lecture
Publié le 18.12.2019 à 10h28 
(mis à jour le 10.01.2020 à 14h30)

Claudia Kespy-Yahi, fondatrice du réseau de crèches Cap enfants, qui publie le livre Petite enfance, de la musique avant toute chose, nous explique l’importance de la musique chez les petits.

LMDM - Vous avez mis en place, dans vos crèches, une pédagogie musicale avec des activités autour de la musique, expliquez-nous en quoi cela consiste.

Claudia Kespy-Yahi - D’abord nous sommes très concentrés sur l’enfant. Pour que les professionnels soient en lien, que les enfants soient en sécurité affective, qu’ils se sentent à l’aise dans cet environnement. Ensuite la musique arrive comme une cerise sur le gâteau. C’est-à-dire à des petits moments, avec des rituels, avec des chansons, avec des musiques qui sont diffusées dans les sections et dans les espaces de vie. Et puis, il y a la bulle musicale qui est au centre de l’atrium. Et là, c’est un lieu où les enfants se retrouvent, se regroupent. Ils y vont par eux-mêmes, ou avec les professionnels. 

Quels sont les bienfaits de la musique auprès des tout-petits? 

On s’aperçoit que la musique est fondamentale, et cela, déjà in utero. On ne devient pas musicien à 4, 5 ans, mais en fait, on naît musicien. C’est-à-dire qu’à la naissance on a déjà cette compétence d’oreille musicale, d’une façon absolument phénoménale. In utero, l’enfant grandit dans un environnement sonore, avec beaucoup de rythmes, et avec beaucoup de sons. Et quand il naît, il a cette oreille musicale qui est déjà formée. La musique vient avant le langage, et c’est grâce à elle que l’enfant peut l’acquérir.

Des études prouveraient que la musique développe l’empathie ?

C’est un des éléments que j’ai découvert mais qui est connu dans le milieu scientifique depuis longtemps. À savoir que le rythme jour un rôle essentiel et permet de développer la relation sociale. Pourquoi ? Parce que l’enfant, in utero, entend le battement cardiaque et son environnement sonore est fait de rythmes avec le flux sanguin, la respiration… Donc il apprend la pulsation, qui va lui apprendre à se synchroniser. Et la relation humaine, c’est la synchronisation. 

Quand il naît, il est prêt à se synchroniser avec son entourage, avec sa mère etc. Pour aller plus loin, et concernant le rythme, cela permet à l’enfant de détecter l’émotion de l’autre. C’est là où l’on rentre dans l’empathie. Il y a des études qui montrent qu’un enfant qui voit un ours en peluche se balancer en rythme va le choisir dans 100% des cas par rapport à un autre ourson qui se balancerait à contre-temps.

La rédaction de La Maison des Maternelles