france.tv

Détecter le retard de langage chez le bébé

3 min de lecture
Publié le 27.05.2021 à 16h56 
(mis à jour le 27.05.2021 à 17h14)

À partir de quand faut-il s’inquiéter si un bébé ne parle pas ? Peut-il babiller longtemps ? Existe-t-il des facteurs particuliers ? L’orthophoniste Marie Poirette répond à toutes ces questions pour LMDM.  

Comment savoir si son bébé a un retard de langage ? Et à partir de quand faut-il consulter ? Pour Marie Poirette, orthophoniste, il ne faut pas s’alarmer trop vite :

« Dès l’âge de 3 ans une orthophoniste sera capable d’évaluer le langage et déterminer s’il y a un retard. Elle pourra alors repérer des difficultés à reconnaître les sons, des difficultés de compréhension des mots et des énoncés, des erreurs phonétiques. »

L’orthophoniste pourra également détecter des difficultés au niveau de la communication non verbale, car le langage ne se limite pas aux mots, comme le rappelle la spécialiste :

« Un retard dans la communication gestuelle : quand l’enfant ne pointe pas, ne fait pas coucou, n’envoie pas de bisou… Contrairement à une croyance bien ancrée, l’orthophoniste ne propose pas de bilans qu’aux enfants qui parlent. La communication ne se résume pas à la parole. »

Différents facteurs

Marie Poirette évoque plusieurs facteurs pour le retard de langage :

  • Des facteurs génétiques : retards plus fréquents dans certaines familles.
  • Des antécédents péri-nataux, tel que la prématurité.
  • Un problème d’audition : c’est d’ailleurs très souvent la première étape. Il est donc important de vérifier que son enfant entend correctement.
  • Des facteurs sociaux-culturels : manque de stimulation, pauvreté des interactions…
  • Des facteurs psychoaffectifs : avec notamment des enfants maintenus dans une position régressive.
  • Les écrans.

Enfin, la spécialiste précise :

« Globalement la fréquence d’exposition au langage et la qualité des échanges ont une importance majeure. Sachez aussi que l’absence de lecture quotidienne par l’entourage familial au cours des 24 premiers mois accroît le risque de troubles du langage »

La rédaction de La Maison des Maternelles