france.tv

Des enfants nés en 2010 victimes de harcèlement

2 min de lecture
Publié le 17.09.2021 à 16h12 
(mis à jour le 17.09.2021 à 16h36)

#Anti2010 : derrière ce hashtag se cache un mouvement de harcèlement envers les élèves rentrés en 6ème cette année, nés en 2010.

 

 

 

Le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, a demandé aux chefs d'établissement de collèges de "renforcer la vigilance" contre le harcèlement, et particulièrement auprès des élèves de 6ème. La raison ?

Un mouvement de harcèlement et de cyberharcèlement s'est amplifié depuis la rentrée auprès d'élèves nés en 2010, sous les noms "brigade anti2010" ; 'brigade contre les 2010" ; "anti 2010" ou encore "contre 2010". Les insultes et moqueries seraient particulièrement présentes sur TikTok, le réseau social préféré des adolescents.

Mais l'ampleur du phénomène reste controversé. La principale fédération de parents d'élèves FCPE a demandé au gouvernement d'agir car "les enfants de 2010 sont devenus la cible de campagnes d'insultes, de harcèlement et de cyberharcèlement" écrit-elle dans une communiqué paru mercredi.

La FCPE précise : "Si un grand nombre d’enfants ne fréquentent pas les plateformes, pour celles et ceux qui y passent du temps, il est évident que leur santé mentale et psychologique est en réel danger".

De son côté, le principal syndicat des chefs d'établissement (SNPDEN) tend à minimiser le phénomène. Bruno Bobkiewicz, son secrétaire général, a déclaré à l'AFP : "Nous n'avons pas du tout constaté d'incidents de ce type dans les établissements, et aucun des 70 chefs d'établissement réunis en conférence nationale cette semaine n'avaient entendu parler de ce mouvement sur les réseaux sociaux".

Le réseau TikTok a réagi ce soir en supprimant le hashtag #Anti2010. « Cette phrase peut être associée à un comportement ou du contenu qui enfreint nos consignes » annonce maintenant l'application si ce hashtag est écrit sur la plateforme.

Pour rappel, deux numéros existent pour lutter contre le harcèlement : le 30 20 face au harcèlement et le 30 18 face au cyberharcèlement.

La rédaction de La Maison des Maternelles