france.tv

Déménagement : j’aide mon enfant à passer le cap

2 min de lecture
Publié le 14.05.2019 à 14h57 
(mis à jour le 25.10.2019 à 16h40)

Comment les enfants vivent un déménagement ? Comment les y préparer ? Angélique Kosinski-Cimelière, psychologue clinicienne nous éclaire.

Le déménagement vu par l’enfant

Si un déménagement peut représenter un changement positif ou un nouveau départ pour l’adulte, l’enfant, lui, va surtout y voir un bouleversement de son quotidien, comme l’explique Angélique Kosinski-Cimelière, psychologue clinicienne pour enfants et adolescents :

« Un enfant n’a pas le recul d’un adulte. Pour lui, ses repères, ses investissements psychologiques, ce sont sa famille, ses copains et son école. Avec un déménagement il perd ses copains et son école. D’où l’intérêt de visiter la nouvelle école avec son enfant. »

L’experte rappelle que si ce changement peut être un peu traumatisant il va également permettre à l’enfant d’évoluer :

« L’enfant doit faire l’effort de tout recommencer à nouveau, il grandit différemment et plus vite aussi. Il faut positiver et surtout ne pas culpabiliser ! »

L’annonce

La spécialiste conseille surtout de ne pas l’annoncer trop tôt car la notion du temps diffère de l’adulte à l’enfant :

« Il voit à court terme. Pour lui « bientôt » signifie demain ou à la fin de la semaine. Ce n’est pas cet été. Je conseillerai de ne pas le dire avant 1 ou 2 mois avant le déménagement. »

Et pour concrétiser cet événement, le docteur propose de symboliser le jour J, en prenant un calendrier, et en demandant « à l’enfant de faire un dessin sur le jour du déménagement ».

Le jour J

Angélique Kosinski-Cimelière pense que les enfants peuvent participer à la préparation du déménagement :

« Si on le souhaite on peut donner un petit carton à l’enfant pour qu’il y mette son doudou, ses jouets favoris. C’est le carton magique qui lui permet de visualiser qu’il ne va pas tout perdre. La réussite d’un déménagement c’est de concrétiser l’abstrait : le temps avec le calendrier, l’endroit où la famille va habiter, la nouvelle école… »

Si l’élaboration des cartons peut être un moment familial important, la spécialiste ne conseille pas que l’enfant soit présent le jour J : 

« Non seulement ce n’est pas très pratique, mais en plus voire la maison vide peut être source d’angoisse pour lui. Cela peut être un peu paniquant. »

Garder contact

Pour faciliter la transition, vous pouvez permettre à votre enfant de garder des liens avec ses anciens copains, comme l’indique le docteur :

« On peut lancer des invitations et faire des appels vidéo par Skype si l’enfant le demande. Ils sont à un âge où ils ont besoin de leurs parents pour garder le contact. Mais avec le temps, chacun va faire sans l’autre. Ils ne vont plus vivre les mêmes choses, ils n’auront plus d’aussi bons souvenirs ensemble. Enfin, ils ne seront plus trop sur la même longueur d’onde. »

La rédaction de La Maison des Maternelles