france.tv

Créer du lien avec un bébé prématuré

2 min de lecture
Publié le 29.06.2020 à 14h00 
(mis à jour le 07.09.2020 à 12h18)

Visiter son enfant en néonatologie, devoir attendre pour l’avoir auprès de soi : une étape difficile pour toute la famille. Nos spécialistes donnent des pistes pour créer du lien avec un bébé né prématurément. 

Se faire accompagner 

La naissance prématurée d’un enfant est un choc pour les parents, car les étapes vécues à l’hôpital sont très éprouvantes. En cas de besoin, le couple ne doit pas hésiter à parler de ce qu’il ressent au médecin, aux infirmiers ou à un psychologue. Les associations de parents de bébés prématurés, comme SOS Préma, peuvent aussi être un soutien conséquent. Catherine Zaoui-Grattepanche, pédiatre ayant exercé en néonatologie, rappelle que les parents sont toujours accompagnés durant cette épreuve :

« Les parents ont forcément peur au début de toucher leur bébé. Il faut qu’ils prennent conscience qu’ils peuvent apporter quelque chose. Les parents partent du principe que la puéricultrice sait mieux qu’eux. Mais au fur et à mesure ils comprennent leur bébé, connaissent des choses que la puéricultrice ne sait pas car ils auront observé leur enfant. C’est ce que nous faisons, nous aidons les parents à observer leur bébé. Et surtout on les accompagne. Pour le premier peau à peau, on ne va pas laisser la maman seule avec son bébé pour aller boire un café. Imaginez si ça se met à sonner de partout… On va la préparer, rester là et lui montrer les bénéfices sur le monitoring, et cela va la rassurer. »

Rentrer à la maison sans bébé 

Rentrer chaque jour chez soi sans son enfant peut engendrer beaucoup de culpabilité et de douleur psychique pour des jeunes parents. Aujourd’hui heureusement, de plus en plus de structures s’adaptent aux parents afin de leur permettre d’être présent le plus possible dans les premières étapes de vie de leur enfant. Il existe même des services ouverts 7 jours sur 7 et 24h sur 24. Certains possèdent aussi des servies de garderie pour les aînés. 

Cependant, ce n'est pas toujours possible pour les parents de rester auprès de leur nourrisson. Certains parents ressentent alors beaucoup de culpabilité. En parler à un psychologue peut grandement aider à passer ce moment difficile.

La relation parent/enfant

Après avoir vécu des premières semaines très difficiles, durant lesquelles, la plupart des contacts avec leur bébé se sont faits dans un milieu médicalisé et par une couveuse, les parents peuvent avoir des craintes une fois seuls à la maison avec leur nourrisson et s’inquiéter au moindre comportement un peu atypique de l’enfant. 

La Docteure Kristell Guével Delarue, médecin généraliste de PMI à Paris, a quelques conseils pour créer le lien en douceur :

« Lors du retour à la maison, ce qui se joue c’est qu’il ne faut plus être soignant mais aussi parent. Il faut poursuivre les moments de peau à peau le plus possible. Il ne faut pas hésiter à demander à la PMI un suivi psychologique pour vous aider à devenir le parent que vous n’étiez pas jusqu’à présent. Il faut que les parents soient à l’écoute de leur enfant et avoir confiance en leur bon sens. Ce qui est compliqué c’est qu’à l’hôpital, ils sont plus à coté de leur enfant qu’avec leur enfant, alors que dans une naissance normale le bébé reste avec sa maman. Là, il y a tous les soignants, donc ils perdent de la spontanéité. Nous on leur dit que si on les a laissé sortir c’est que c’était possible et qu’ils vont bien. »

La rédaction de La Maison des Maternelles