france.tv

Coronavirus : vers des accouchements solitaires

2 min de lecture
Publié le 19.03.2020 à 16h35 
(mis à jour le 20.03.2020 à 11h40)

Plus le virus se répand sur le territoire français, plus les maternités se voient obligées de prendre des mesures pour protéger leur personnel soignant et leurs parturientes. 

 

 

C'est déjà le cas notamment dans les Vosges et cela pourra le devenir dans d'autres maternités, notamment en Île de France où le virus progresse, les pères ne sont plus autorisés durant l'accouchement. On en parle avec Anna Roy, notre sage-femme. 

S'y préparer

Même si aucune annonce n'a été faite à ce jour d'un point de vue national, plusieurs maternités, notamment dans le Grand Est, ont déjà pris leurs dispositions pour interdire la présence du père durant l'accouchement. C'est malheureusement une décision nécessaire pour permettre au personnel soignant de pouvoir continuer son activité, mais aussi pour protéger les femmes qui accouchent et leur bébé. Il est donc très important pour les femmes qui arrivent à terme en ce moment, de se préparer à accoucher seule, comme explique Anna :

"Il faut que les femmes s'attendent à ce qu'il n'y ait pas le père pendant le séjour en maternité, voire pendant l'accouchement. Comme pour les forceps ou la césarienne, il faut s'y préparer, voire faire comme si cela allait arriver, quitte à avoir une bonne surprise par la suite."

C'est pourquoi il est important que les femmes restent en lien avec leur maternité, afin de ne pas tomber de haut le jour de l'accouchement et pouvoir se préparer au mieux à cette douloureuse étape d'un accouchement sans le père pour les soutenir. 

Une décision difficile 

Anna Roy insiste bien là-dessus, ce n'est pas facile, et on ne peut malheureusement pas aller contre une décision qui est prise pour le bien de tous. Elle nous rappelle néanmoins que c'est une réalité pour beaucoup de femmes dans le monde, qui pour diverses raisons accouchent elles aussi de façon solitaire :

"Je pense aussi aux femmes qui nous ont précédé, il y a encore 50 ans, les pères n'assistaient pas à l'accouchement. Elles ont réussi à le faire, donc on peut le faire. Mais c'est bien évidemment une situation très douloureuse."

Compter sur le soutien des équipes médicales 

Accouchement plus solitaire certes, mais pas complètement. De nombreuses femmes témoignent déjà sur les réseau du soutien qu'elles ont reçu de la part des équipes soignantes lors de leur accouchement sans la présence du père. Il ne faut pas hésiter à leur confier vos angoisses et à contacter sage-femme ou obstétricien avant l'accouchement pour se préparer à cet accouchement un peu particulier. Comme nous le disait le Professeur Jacky Nizard il y a quelques jours, il ne faut surtout pas changer ses plans au dernier moment, cela risquerait de créer une situation encore plus complexe à gèrer.

D'autre part, consulter le témoignage d'autres femmes, se soutenir via les réseaux sociaux en cette période difficile peut grandement aider à réduire les angoisses de celles qui se préparent à accoucher durant cette période de crise sanitaire. 

La rédaction de La Maison des Maternelles

Expert

Anna Roy

Sage-femme

expert-photo