france.tv

Coronavirus : respectons les besoins des enfants prématurés

2 min de lecture
Publié le 15.04.2020 à 15h17 
(mis à jour le 02.09.2020 à 11h13)

Après la tribune de Charlotte Bouvard, directrice de SOS Préma, dans Le Parisien pour dénoncer la séparation mère-enfant, le gouvernement a annoncé que des mesures seraient prises. 

 

Face aux appels de détresse des parents et des associations dénonçant la séparation de la mère et de l’enfant après une naissance prématurée, le secrétaire d’état à la protection de l’enfance a annoncé que des mesures seraient mises en place. 

Une situation inquiétante 

À cause des mesures barrière dans les hôpitaux, de nombreux parents se sont retrouvés dans l’impossibilité de pouvoir rendre visite à leur enfant en service de néonatologie. Or, Charlotte Bouvard a pointé du doigt les besoins importants pour ces nouveau-nés d’être allaités, de pouvoir vivre un peau à peau, de créer du lien avec leurs parents. Anna Roy, notre sage-femme, a d’ailleurs réagit sur le sujet : 

« Je pense qu’on oublie que le lien a un bénéfice médical. Je ne suis pas réanimateur pédiatrique, mais j’ai vu de mes yeux que le lien chez les nouveau-nés et chez les personnes fragiles quelles qu’elles soient, participe à la guérison. »

Elle nous rappelle aussi l’importance du lait maternel pour ces enfants prématurés : 

« Le lait de mère sauve la vie des enfants prématurés dans les unités de néonatalogie, donc il est important que les femmes puissent continuer de donner leur lait comme elles le faisaient très généreusement avant. Ils en ont besoin aujourd’hui plus qu’hier. Ne vous inquiétez pas toutes les mesures de sécurité sont respectées lors de la collecte du lait dans les lactariums. »

Une réaction du gouvernement 

Adrien Taquet, Secrétaire d’État chargé de la protection de l’enfance nous a indiqué qu’il s’était saisi du sujet : 

« Nous allons procéder de la même façon que pour le sujet de la présence des pères à l’accouchement. J’engage des discussions avec la Société Française de Néonatologie afin de pouvoir prendre des mesures claires. Un deuxième sujet a été soulevé par Charlotte Bouvard lors de nos échanges : certains parents viennent de loin pour avoir accès à un service de néonatologie et les centres dans lesquelles ils vivaient sont souvent fermées. Donc il faut que l’on puisse trouver une solution alternative pour leur permettre de rester auprès de leur enfant. »

La rédaction de La Maison des Maternelles