france.tv

Coronavirus : l'accouchement au cœur des débats

3 min de lecture
Publié le 23.03.2020 à 16h24 
(mis à jour le 24.03.2020 à 15h22)

Accouchements solitaires, inquiétude des futurs parents : la situation autour de l’accouchement se tend et les spécialistes semblent également de plus en plus partagés sur le sujet. 

De vives réactions du côté des couples concernés 

Sur les réseaux sociaux, de plus en plus de parents font part de leur déception, de leur inquiétude ou même de leur colère face aux mesures prises par certaines maternités pour limiter la présence des pères lors de l’accouchement, en cette période de pandémie de Coronavirus.

Un père partage sa frustration dans une vidéo visionnée plus de 5000 fois sur Facebook : « Je suis très impliqué dans la grossesse de ma femme, on la vit intensément tous les deux. Là on est en train de nous ôter le plus beau jour de notre vie. La décision est super dure à accepter. » Et il n’est pas le seul, de plus en plus de réactions et de témoignages émanent sur les réseaux sociaux : « Je dois bientôt accoucher de jumeaux… Et là clairement ça m’angoisse. Pour ma seule et unique grossesse j’en suis malade de me dire que sûrement mon mari ne pourra pas être avec nous. » confie une future maman. 

Certaines pensent aussi à accoucher chez elles, comme Charlotte (le prénom a été modifié) : 

« Suis-je la seule à vouloir ou à penser accoucher à la maison ? Non pas parce que papa ne pourra pas être présent lors de l'accouchement et pendant le séjour à la maternité. Mais pour protéger mon bébé. »

La réponse d’un spécialiste 

Le Dr Olivier Picone, gynécologue-obstétricien nous apporte des éléments de réponses pour éclaircir ces mesures difficiles : 

« On n’a pas assez de tests pour tester les papas asymptomatiques. Le problème c’est qu’un père asymptomatique peut contaminer du personnel de la maternité. S’il est présent cela nécessite beaucoup de mesures très contraignantes. Il faudrait surveiller toutes ses allées et venues, qu’il reste plusieurs heures en salle d’accouchement. »

Sur la question de l’accouchement à la maison, notre gynécologue le déconseille fortement

« Je ne suis pas favorable, cela doit être bien préparé et surtout pas décidé à la dernière minute dans un contexte d’épidémie. Le SAMU a autre chose à faire que d’aller chercher en urgence des gens qui accouchent à domicile. »

Un avis qui n’est pas partagé par tout le monde 

Le 21 mars, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a rappelé que les femmes avaient le droit a un accouchement en toute sécurité et sérénité, qu'elles soient contaminées ou non par le Covid-19, en invoquant les 5 principes fondamentaux qui devraient être respectés lors de l'accouchement : 

  • Les femmes doivent être traitées avec respect et dignité,
  • Elles doivent pouvoir accoucher avec le compagnon de leur choix,
  • La communication de l’équipe médicale doit-être claire,
  • Les femmes ont accès à des moyens pour réduire la douleur,
  • La mobilité lors du travail et le choix de la position lors de l’expulsion doivent être possibles.
--

 

En France, Philippe Deruelle, secrétaire général du CNGOF et praticien dans l’un des principaux foyers du virus, en Alsace, a publié des recommandations pour encourager la présence d’un accompagnateur durant les accouchement, mais dans des conditions strictes :

  • L'accompagnant ne peut pas être présent en cas de césarienne.
  • Le confinement doit être respecté en salle d’accouchement.

Cela signifie : 

  • Pas de sortie du père de la salle pendant toute la durée de l’accouchement, s’il sort, il doit quitter immédiatement l’hôpital.
  • Le père doit sonner pour avoir accès aux toilettes. 
  • Il doit prévoir dans le sac d’accouchement des aliments énergétiques.
  • Le père ne peut accéder au service d’hospitalisation, son départ s’effectue le deuxième jour après l’accouchement et il pourra revenir uniquement pour chercher sa conjointe.

Cependant, rien ne dit que ces mesures pourront être mises en place dans toutes les maternités. Car, si la sécurité affective des femmes donnant naissance est très importante, la crise sanitaire que nous traversons oblige les structures de santé à prendre des mesures inédites.

La rédaction de La Maison des Maternelles