france.tv

Coronavirus et Kawasaki : un enfant décède à Marseille

2 min de lecture
Publié le 15.05.2020 à 12h48 
(mis à jour le 18.05.2020 à 15h37)

Un enfant âgé de 9 ans et atteint d'une forme proche de la maladie de Kawasaki est mort en France.

Hospitalisé à l'hôpital de La Timone à Marseille, le jeune garçon est décédé d'une "atteinte neurologique liée à un arrêt cardiaque", et avait "une sérologie montrant qu'il avait été en contact" avec le coronavirus, mais n'avait pas développé les syndromes du Covid-19, selon le Professeur Fabrice Michel, chef du service en réanimation pédiatrique à La Timone. L'agence sanitaire Santé publique France précise que l'enfant de 9 ans présentait "une comorbidité neuro-developpementale".

Si le rapport entre le Covid-19 et les symptômes de la maladie de Kawasaki n'était jusqu'à présent pas établi, il semble maintenant de plus en plus probable que les 2 maladies soient liées. Le professeur Alexandre Belot, rhumato-pédiatre à l’hôpital Femme-mère-enfant de Lyon a notamment déclaré au journal Le Monde hier : « Le lien entre ces syndromes hyperinflammatoires et le Covid-19 a été établi ». 

La semaine dernière, le Professeur Bonnet, chef de service en cardiologie congénitale et pédiatrique à l’hôpital Necker, répondait à LMDM sur le lien entre la maladie de Kawasaki et le Coivd-19

« En tant que médecin et scientifique, il faut qu’on ait des arguments définitifs. Il est important d’être prudent : on peut dire que l’on remarque une augmentation des cas de cette maladie inflammatoire. Avant, on voyait 1 forme grave cardiaque par mois. Là, nous en avons eu 20 en 15 jours. Ce n’est donc pas habituel.

Certes, on est des scientifiques mais on a aussi un peu de bon sens et de pragmatisme. On est dans une période épidémique de Covid-19, et on voit apparaître beaucoup plus, une maladie que l’on voyait rarement. Qui est en plus une maladie infectieuse ou post-infectieuse, donc on s’est interrogé.

Aujourd’hui, il y a quand même un certain nombre d’arguments pour penser qu’il y a un lien avec le Covid-19. D’abord, la fréquence donc. Ensuite, une grosse partie de ces enfants, environ 3/4, ont été en contact avec le Covid-19 : ils ont une sérologie positive ou des tests positifs. Cette proportion ce n’est pas 100%, mais c’est quand même beaucoup. Et pour une grande partie d’entre eux, dont ceux qui étaient négatifs, ils avaient été en contact au sein de leur famille avec un patient infecté. »

Au total en France, 125 enfants ont contracté ce syndrome inflammatoire entre le 1er mars et le 11 mai. La moitié des enfants touchés souffre d'une inflammation du myocarde, le muscle principal du cœur. Ce décès reste toutefois « rarissime » comme le précise le Professeur Fabrice Michel.

La rédaction de La Maison des Maternelles