france.tv
Parole d'expert

Contractions de grossesse ou contractions d’accouchement ?

3 min de lecture
Publié le 23.09.2019 à 15h32 
(mis à jour le 23.09.2019 à 15h49)

Pas facile de savoir ce qu’est une contraction quand on n’en a jamais eue. Notre sage-femme Anna Roy vous aide à les identifier et à les différencier.

Lors d’une consultation de grossesse, Anna Roy, sage-femme, a régulièrement affaire à des futures mères qui ne savent pas si elles ont déjà eu des contractions, car elles ne sont pas en mesure de les identifier :

« Les contractions c’est vraiment un sujet qui intéresse les femmes enceintes parce qu’elles se demandent dans un premier temps, si elles vont réussir à les reconnaître, puis si cela va leur faire mal, et, auquel cas, comment. »

Une contraction

L’utérus est un muscle, et tout comme un biceps il va être amené à se contracter quand il travaille. Mais contrairement au biceps, sa contraction n’est pas volontaire. Vous ne pouvez pas décider de contracter votre utérus, tout comme vous ne pouvez pas décider de contracter votre cœur. Et si vous pensez ne pas réussir à faire la différence entre votre bébé qui bouge et une contraction, Anna vous éclaire :

« Lorsque le bébé déplace son dos on peut avoir l’impression que l’utérus est dur d’un côté. Alors que lors d’une contraction l’utérus est dur partout. »

À ne pas confondre non plus avec une douleur ligamentaire :

« L’utérus est accroché aux structures avoisinantes par des ligaments. À l’image d’une montgolfière, plus il va grossir plus les ligaments vont tirer. Cela peut alors entraîner des douleurs dans le bas ou le haut du ventre. Dans ce cas l’utérus n’est pas dur puis mou, mais tendu en continu. »

Tout au long de la grossesse… ou pas

« Les contractions peuvent se produire n’importe quand ou à certains moments précis, par exemple après avoir été faire pipi, en se relevant, en portant des courses… Dans ces cas-là elles sont courtes et assez indolores, c’est-à-dire qu’il est possible de continuer à parler et qu’elles ne durent pas plus de 45 secondes. Elles n’ont alors pas d’effet sur le bébé ou sur le col et il ne faut pas s’inquiéter et continuer à mener sa vie. »

Et comme le rappelle la spécialiste, certaines femmes ne ressentiront aucune contraction jusqu’au jour de l’accouchement, donc pas de panique si c’est votre cas.

L’alarme

« Nous praticiens de santé on a fixé la limite des contractions de grossesse à 10 ou 15 par jour. C’est-à-dire qu’au-delà, ce n’est peut-être pas grave du tout mais on aura besoin que les femmes fassent un check-up et se rendent à l’hôpital ou à la maternité. »

Au cours de la grossesse si elles sont trop fréquentes et régulières elles peuvent modifier le col. Il faut donc se rendre directement aux urgences de votre maternité si elles ne s’arrêtent pas.

« On vérifiera l’état de votre col avec un toucher vaginal ou une échographie du col de l’utérus pour savoir si l’on est face à une menace d’accouchement prématuré. La prise en charge peut être très différente selon la situation allant du simple arrêt de travail à l’hospitalisation. »

La rédaction de La Maison des Maternelles

Expert

Anna Roy

Sage-femme

expert-photo