france.tv

Contraception masculine : « Il faut dire aux mecs que c'est aussi leur boulot ! »

4 min de lecture
Publié le 01.12.2021 à 16h19 
(mis à jour le 01.12.2021 à 17h16)

Même si cela reste minoritaire, de plus en plus d’hommes, notamment jeunes, s'intéressent à la contraception masculine.

Alors que sa compagne est enceinte de leur premier enfant, Guillaume commence à se pencher sur la contraception masculine :

« En octobre 2018, ma copine était enceinte, on a commencé à se dire qu’il allait falloir prendre une contraception après. J’ai alors plongé dans l’univers de la contraception masculine. On ne m’en avait jamais vraiment parlé, alors que ça existe depuis 40 ans. »

L’intérêt personnel rejoint l’intérêt professionnel : Guillaume, journaliste, enquête sur le sujet aux côtés de Stéphane Jourdain, lui aussi journaliste. Ils sortiront 3 ans plus tard la BD « Les contraceptés » aux éditions Steinkis. Guillaume raconte : 

« J’ai commencé à m’intéresser au sujet d’abord en mode « enquête » mais il y avait comme toile de fond un intérêt personnel, intime. »

Guillaume se renseigne, rencontre l’inventeur de l’anneau, intègre les réseaux d’hommes contraceptés. Aujourd’hui encore, le flou et le manque cruel d’informations autour des pratiques de contraceptions masculines peuvent être décourageants. Guillaume témoigne :

« Comme ce n’est pas autorisé légalement, ça met un doute supplémentaire. On se dit qu’il y a un loup. Tout ça parait assez artisanal ! »

Mais finalement, Guillaume se lance, et décide d’utiliser l’anneau contraceptif masculin :

« On dit toujours que la meilleure contraception, c’est celle que l’on choisit. Moi, l’anneau me paraissait le mieux, ça me semblait faisable. J’ai rencontré beaucoup de gens grâce à l’enquête. Le bouche à oreilles, c’est encourageant. Alors, un jour j’ai acheté l’anneau sur internet, et j’ai commencé à le mettre. C’était un peu bizarre au début, mais très vite, ça devient simple.»

Une décision qu’il considère comme une évidence :

« Il n’y a pas grand-chose d’héroïque à prendre une contraception pour un homme : c’est ce que font presque toutes les femmes, ça ne mérite pas les lauriers ! »

Aujourd’hui, cela fait 1 an que Guillaume est contracepté grâce à l’anneau. Une méthode qui lui apparaît « simple et super efficace » et qu’il espère voir se normaliser dans la société :

« Dans l’éducation masculine des « petits hommes » à la virilité, ça parait incompatible dans leur schéma. Venir modifier l’une des fonctions supposément virile : c’est un frein. Il y a également un frein basique d’information. Beaucoup d’hommes ne savent pas ou ne savaient pas jusqu'à peu qu’il est possible d’assumer la charge contraceptive. Une partie des hommes, s’ils étaient bien informés, seraient prêts à le faire. On voit que ça bouge un peu politiquement : l’Assemblée a demandé au gouvernement un rapport sur la contraception masculine. Il faut qu’il y ait une parole là-dessus, il faut prendre les mecs par la main pour leur dire que c’est aussi leur boulot ! »

Marion Cousin