france.tv

Complexe d'ado : Anaëlle ne supporte pas ses oreilles

3 min de lecture
Publié le 03.05.2021 à 10h28 
(mis à jour mardi dernier à 17h36)

Cette petite fille de 10 ans a une oreille décollée et souhaite se faire opérer pour ne plus subir les moqueries de ses camarades. 

Anaëlle a 10 ans. Cette petite cavalière a un joli sourire qu’elle ne dévoile pas souvent. Parce qu’Anaëlle est obnubilée par son complexe, une oreille un peu décollée :  

« Je préfère garder mes cheveux détachés pour cacher mon oreille qui est décollée. Quand on voit mon oreille décollée j’ai peur que l’on se moque de moi. »

Delphine, maman d’Anaëlle voit, au quotidien, les effets de ce complexe sur la vie de sa fille : 

« Anaëlle a une oreille légèrement décollée. Pour moi ce n’est pas flagrant du tout. Mais avec les moqueries qu’elle subit à l’école, elle complexe. Cela se traduit par le fait qu’elle ne veut plus attacher ses cheveux et qu’elle me demande souvent de se faire opérer pour recoller l’oreille. Et quand elle a des cours d’équitation il faut vraiment que j’insiste pour qu’elle attache ses cheveux pour des raisons de sécurité. »

Compliqué de rassurer sa fille

Pour essayer de rassurer sa fille, Delphine lui montre des photographies d’elle enfant où l’on peut voir que, petite fille, elle avait les 2 oreilles décollées. Elle essaye de trouver les mots qui pourrait aider sa fille : 

« Je m’en fichais des autres quand j’étais toute petite. Et ton oreille n’est pas décollée fort. Ça se voit moins. »

La maman a du mal à trouver la façon de convaincre sa fille qu’elle est belle comme elle est :

« Ma fille je l’aime comme elle est forcément et le fait qu’elle ne s’accepte pas c’est dur pour une maman. Dur de trouver les mots pour la rassurer. »

Delphine a été opérée jeune pour recoller ses oreilles. Elle ne s’en cache pas à sa fille qui veut suivre le même parcours que sa mère car elle est persuadée qu’après cette opération les moqueries cesseront. Sa mère essaye encore cependant de la convaincre que ce n’est pas un passage obligatoire et que ce n’est pas une opération vitale :

« Ce sont les petits défauts que l’on a chacun qui font qui nous sommes et qui créé notre charme. Et je préfèrerai qu’elle s’accepte avec ce petit défaut plutôt qu’elle veuille se changer. Après si vraiment elle veut se faire opérer on le fera mais pas dans l’immédiat. »

Une opération pour stopper les moqueries

Si la mère insiste tant c’est parce qu’Anaëlle ne souhaite pas se faire opérer pour les bonnes raisons : 

« Quand je me regarde on dirait pas que j’ai les oreilles décollées mais ce sont les moqueries des autres qui m’embêtent. Si je me fais opérer c’est juste pour qu’ils arrêtent de se moquer de moi. »

Cette situation attriste sa mère qui ne veut pas que sa fille subisse une opération, des soins post-opératoires, des douleurs… pour satisfaire les autres et non pas pour elle. Pour éviter le passage au bloc opératoire, elle essaye chaque jour de s’adapter :

« J’entends ce qu’elle me dit pour trouver des solutions, pour qu’elle soit bien dans sa peau. Et pour qu’à l’école ça se passe bien on détache les cheveux, on coupe plus court… »

La rédaction de La Maison des Maternelles