france.tv

Comment accompagner un enfant ayant des troubles du déficit de l’attention ?

2 min de lecture
Publié le 26.06.2020 à 13h41 
(mis à jour le 09.09.2020 à 15h26)

Les parents dont l’enfant a été diagnostiqué TDA ou TDAH peuvent se sentir un peu démunis en ce qui concerne les meilleures façons de l’accompagner. On en discute avec une pédopsychiatre. 

 

La Docteure Nathalie Franc, pédopsychiatre au CHU de Montpellier. Elle est notamment l’auteure de 100 questions/réponses pour comprendre et gérer l'hyperactivité chez l'enfant aux éditions Ellipses. 

Un accompagnement pour la famille 

Il est très important que la famille, et notamment les parents soient accompagnés afin d’apprendre à mieux comprendre le TDA ou TDAH. Cela leur permet ensuite de soutenir au mieux leur enfant : 

« Il faut notamment réussir à expliquer aux parents que l’enfant ne fait pas exprès. C’est important d’accompagner ces parents pour leur donner des astuces dans la vie de tous les jours. Par exemple, leur expliquer qu’il faut favoriser un système de récompense plutôt que de punition. Cet accompagnement permet aussi de changer le regard des parents sur leur enfant. De ne plus voir les choses qu’il faisait comme une provocation. Le diagnostic soulage en cela les parents. »

Un accompagnement pour l’enfant

Les aménagements au niveau scolaire peuvent aussi être très importants. On peut notamment permettre à l’enfant : 

  • D’être plus près du tableau, 
  • De se lever, de bouger un peu. 

Il est important également que le personnel éducatif puisse garder une attention particulière sur l’enfant. 

Les traitements 

Concernant les traitements existants pour les enfants ayant un TDAH, la France autorise la prescription de Ritaline. C’est un psychostimulant qui augmente la capacité d’attention et d’éveil. Ce qui fait que les enfants peuvent se concentrer davantage, bouger moins. Selon notre spécialiste, ce traitement peut beaucoup aider les enfants ayant un TDAH : 

« On le voit beaucoup en consultation, très souvent, ce sont des enfants qui sont malheureux de leur pathologie, qui se sentent différents et en échec. Le traitement peut soulager bon nombre d’entre eux en leur permettant de facilité leur apprentissage à l’école notamment. Ce sont aussi des enfants qui vont avoir plus de difficultés à se faire des amis. Cela rajoute à leur mal être. »

La rédaction de La Maison des Maternelles