france.tv
Parole d'expert

Cholestase gravidique : « Il faut que les mamans expriment leurs symptômes »

3 min de lecture
Publié le 29.06.2021 à 16h18 
(mis à jour le 29.06.2021 à 18h42)

Le docteur Jessica Dahan-Saal, cheffe de service gynécologie-obstétrique la maternité des Bluets à Paris, revient sur les symptômes et les traitements de la cholestase gravidique.

LMDM - Peut-on définir ce qu’est la cholestase gravidique ?

Dr Jessica Dahan-Saal - C’est une maladie qui concerne le foie et la vésicule biliaire. Pendant la grossesse les sécrétions de la vésicule biliaire sont plus fainéantes et donc le taux d’acide biliaire augmente. La cholestase gravidique se caractérise par une augmentation, un taux plus élevé de ces acides biliaires.

Comment la contracte-t-on ? D’où vient-elle ?

Cette maladie est liée aux hormones de la grossesse mais il peut y avoir également des facteurs génétiques.

Cela survient-il à un moment précis de la grossesse ?

Elle survient plus fréquemment lors du troisième trimestre de grossesse et peut parfois apparaître dès le milieu du second trimestre.

Comment on la traite ?

Il faut d’abord s’assurer que la maladie n’est pas liée à autre chose que les hormones de grossesse : des médicaments qu’aurait pris la maman, un virus, une hépatite, des calculs… Mais dans la plupart des cas ce n’est lié qu’aux hormones. Pour la traiter, comme c’est une maladie liée aux hormones de la grossesse, le déclenchement reste la seule solution.

Heureusement nous avons une façon de gagner du temps selon le stade de la grossesse, grâce à un médicament qui neutralise les acides biliaires. Et puis on surveille beaucoup le fœtus : monitoring, échographie, prise de sang…

Donc si la maladie survient à 8 mois et demi de grossesse, on ne se pose pas de question et on déclenche ?

On se pose toujours des questions. À savoir quelle est la gravité de la situation et voir s’il n’y a pas de risques, de conséquences plus lourdes pour la maman au niveau de son foie. On vérifie également qu’il n’y ait pas d’autres pathologies qui se surajoutent à la cholestase gravidique. Et effectivement généralement à ce stade de la grossesse on déclenche l’accouchement.

Est-ce dangereux pour le bébé ? la maman ?

Oui pour la maman c’est notamment dangereux si d’autres pathologies interfèrent sur le foie, comme des calculs. Et pour le bébé on peut observer des signes d’altération de son bien-être : diminution de ses mouvements, diminution du liquide amniotique, ralentissement du cœur… Mais je veux insister sur le fait que les issues dramatiques sont extrêmement rares, la plupart du temps tout se passe bien.

Quels sont les symptômes qui doivent alerter la maman ?

Les démangeaisons. Souvent localisées sur les mains et les pieds mais cela peut être aussi d’autres parties du corps.

C’est une maladie qu’on diagnostique bien aujourd’hui ?

Oui, à condition que le médecin soit à l’écoute de sa patiente. Et il faut que les mamans n’hésitent pas à exprimer leurs symptômes car souvent elles se disent que ce n’est pas grave, qu’elles ont la peau sèche… Mais plus vite elles en parlent mieux c’est. Ensuite la patiente fait une prise de sang le matin à jeun. Et cela est diagnostiqué directement.

Y a-t-il un risque pour les grossesses suivantes ?

Ce n’est pas systématique mais en effet cela peut arriver. Quand il y a déjà eu une cholestase gravidique pour une précédente grossesse, on surveille de près la maman et l’enfant.

La rédaction de La Maison des Maternelles