france.tv

C'est quoi, l’école Freinet ?

2 min de lecture
Publié le 16.12.2020 à 18h49 
(mis à jour le 17.12.2020 à 12h17)

Parmi les pédagogies alternatives, il existe les écoles Freinet, comme celle près de Lille, où l’entraide est le maitre mot. 

La pédagogie Freinet a été mise au point après la première guerre mondiale par Célestin Freinet et son épouse Élise. La méthode a pour principe de placer l’enfant au centre de l’éducation, lui permettant de travailler en autonomie et de progresser à son rythme. Pour cela, chacun bénéficie d’un suivi individuel, notamment concernant les évaluations qui ne sont pas un objectif final pour ne pas mettre de pression sur l’enfant. Mais ce n’est pas pour autant que chaque enfant est isolé puisque l’entraide est de mise, avec des classes aménagées pour la coopération.

 « Je donne la parole à Jimmy »

Dans cette école Freinet près de Lille, chaque journée de classe commence par l’activité "Quoi de neuf ?", lors de laquelle les enfants partagent un souvenir ou racontent une histoire familiale. La discussion se fait ensuite naturellement autour du sujet amené par l’enfant lui-même, comme nous l’explique leur professeur, Nicolas Loonis :

« C’est assez ritualisé et l’objectif est de ramener la vie, qui est en-dehors de l’école, à l’intérieur de l’école pour qu’elle devienne un objet d’étude. »

L’école Freinet, c’est aussi laisser la place à l’expérimentation. L’enfant apprend en expérimentant lui-même au lieu de reproduire ce que l’enseignant lui demande :

« On s’est rendu compte que, quand les enfants travaillent sur un sujet d’eux-mêmes ou apporté par un copain, ils investissent beaucoup plus les activités et les apprentissages. »

L’entraide entre enfants

Encore une fois, cette méthode place l’enfant au cœur de l’éducation, laissant le professeur prendre ses distances. Houdheyfa, 6 ans, nous explique que " si quelqu’un a un problème, il peut demander à ses camarades et on a le droit de s’aider".

Ici, pas de triche donc. Le but est de créer un cercle vertueux basé sur l’entraide, dans lequel le professeur intervient le moins possible :

« Notre pédagogie est vraiment basée sur l’entraide entre les enfants. Je leur dis dès le début de l’année que, si un copain ne peut pas les aider, j’interviendrais mais en dernier recours. On pense que la coopération entre les enfants dans le travail est vraiment efficiente et que le collectif permet de grandir ensemble. »

Créativité et conciliation 

Tous les jours, les enfants se réunissent autour d’une table pour parler des petits problèmes qu’ils rencontrent à l’école, comme l’emplacement des portes manteau ou l’utilisation des jouets à la récréation. Un moment de débat plaît beaucoup à Lou, 6 ans :

« J’aime bien le conseil parce qu’on peut donner son avis, parler des trucs qui sont bien et pas bien » 

Nicolas Loonis explique que les enfants sont préparés à devenir les petits citoyens de demain :

« Je pense que cette pédagogie a pour but de faire en sorte que les enfants, en tant que futurs adultes, puissent agir sur le monde dans lequel ils vont vivre demain, en faire des citoyens qui ont envie d’être ensemble, et qu’ils se rendent compte que le collectif peut faire tout un tas de choses. »

Toutes les semaines, ils participent aussi à une activité créative, comme la peinture, leur laissant une liberté d’expression primordiale chez la méthode Freinet.

La rédaction de La Maison des Maternelles