france.tv

Burn-out parental : vers qui se tourner pour être aidé.e ?

3 min de lecture
Publié le 26.06.2020 à 14h25 
(mis à jour le 26.06.2020 à 14h31)

Le burn-out parental peut toucher n’importe quel parent. Vers qui se tourner pour trouver de l’aide ?

Fatigue, stress, surmenage, pleurs… Il arrive à certains parents de se retrouver en situation de burn-out parental. Amira, maman de 2 enfants, raconte la situation qu'elle a vécu après la naissance de son deuxième enfant : 

« J’ai arrêté de sourire, je pleurais de fatigue en cachette dans mon bureau. Quand je rentrais chez moi, j’avais la boule au ventre car je n’avais plus le plaisir de retrouver mes enfants, j’avais juste hâte d’expédier le coucher pour travailler au calme. »

Le plus gros symptôme du burn-out maternel est l’épuisement. Catherine Agbokou, psychiatre explique que « quand l’enfant fait ses nuits, si la maman qui est pourtant épuisée n’arrive pas à dormir, c’est un signe »Le cerveau n’arrive plus à s’arrêter, il y a une tension interne qui ne disparaît plus.

Les autres signes les plus courants sont les maux de tête, de ventre ou douleurs dorsales. La mère peut aussi se replier sur elle-même, avoir une mauvaise image d’elle, être pessimiste et ne plus réussir à envisager l’avenir.

Les aides

Le premier réflexe à avoir est d’en parler à sa/son conjoint.e, un.e ami.e, un.e collègue, son médecin, son gynécologue ou sage-femme… Bref, ne pas rester seul.e face à ses angoisses.

Les parents qui pensent être en burn-out peuvent faire appel à la Protection maternelle et infantile (PMI). Ce service public gratuit accueille les parents, femmes enceintes, et jeunes parents avec leurs enfants de moins de 6 ans. Dans une PMI, les parents pourront trouver des puéricultrices, et pédiatres qui vont pouvoir être là, à la fois pour l’enfant et pour eux.

Il existe également les Réseaux d’écoute, d’appui et d’accompagnement des parents (REAAP) partout en France.

Le couple peut aussi se tourner vers des structures comme L’école des parents ou l’association Les Nids.

Des listes de lieux d’accueil parents-enfants (LAEP) sont également consultables dans les points Info famille ou les mairies. Ces soutiens peuvent être d'une grande aide, comme le rappelle Catherine Agbokou, psychiatre :

« Ces lieux permettent aussi aux mamans de ne pas rester isolés, de rencontrer d’autres parents de partager, voir qu’ils ne sont pas seuls et comprendre ce qui leur arrive, . Et puis parfois, la consultation d’un psychiatre et la prise d’antidépresseurs sont nécessaires. »

La rédaction de La Maison des Maternelles