france.tv

Au Sénégal, seulement 40% des femmes savent lire et écrire

2 min de lecture
Publié le 16.12.2020 à 19h01 
(mis à jour le 17.12.2020 à 09h58)

Ouleye, activiste sénégalaise de 17 ans, lutte pour la scolarisation et le leadership des filles dans son pays.

Le 11 octobre c’était la « Journée internationale des Filles » désignée par l’ONU. Une journée pour alerter sur les violences et discriminations dont sont toujours victimes les filles à travers le monde : mariages forcés et grossesses précoces, agressions et violences sexuelles, travail forcé… 

Nous avons recueilli la parole d'Ouleye, activiste sénégalaise de 17 ans, qui, depuis Saint-Louis au nord-ouest du Sénégal, lutte pour la scolarisation et le leadership des filles :

« Dans les plus grandes instances de décision, la majorité est composée de garçons. Je que nous aussi, les filles, pouvons être dans ces instances-là. Nous pouvons diriger comme eux. »

Au Sénégal, seulement 40% des femmes savent lire et écrire, et seulement 15 % des filles sont en mesure d’aller à l’école secondaire, d’après l’Unicef. La scolarisation des femmes leur permet d’obtenir de meilleurs salaires et d’être plus dépendantes :

« L’école n’est pas que pour les garçons. Nous pouvons être aussi cultivées qu’eux. Ceux qui nous parlent d’autres choses, de mariages... Sérieusement je crois que le temps est venu d’étudier. »

Encore aujourd’hui, la précarité menstruelle est un des freins à la scolarisation :

« Certaines filles, quand elles ont leurs règles, elles préfèrent rester chez elles parce que les conditions hygiéniques de l’école ne sont pas favorables. Il y a un problème d’accès à l’eau et les toilettes pour filles et garçons ne sont pas séparées. »

Parité : l’affaire de tous

De nombreuses activistes luttent pour la parité homme/femme à travers le monde. Mais Ouleye souhaite que cela devienne l’affaire de tous :

« L’égalité entre garçons et filles n’est pas seulement le combat des filles. Dans notre langage local, on dit : c’est nous deux, le garçon et la fille, réunis, qui constituons la Nation. Agissons ensemble pour les droits des filles et pour l’égalité fille/garçon. »

Sur son visage, Ouleye porte un signe bleu « = », symbole de la campagne lancée par l’ONG Plan International France pour l’égalité fille/ garçon. 

La rédaction de La Maison des Maternelles