france.tv

Appréhender l’espace avec la motricité libre

4 min de lecture
Publié le 05.04.2019 à 10h25 
(mis à jour le 19.04.2019 à 11h31)

Développée par la pédiatre hongroise Emmi Pickler, cette méthode consiste à laisser le bébé se mouvoir seul, et faire l’apprentissage des obstacles et de l’espace par lui-même.

La motricité libre 

L’essentiel est de ne pas inciter votre enfant à bouger et de le laisser librement se mouvoir, comme l'explique Michèle Forestier, kinésithérapeute :

« C’est le principe de laisser le bébé explorer sa motricité de manière autonome et faire ses propres expériences. Il faut qu’il découvre seul la manière dont il peut bouger, attraper ses pieds et se déplacer au sol. »

Les grandes étapes de base de la motricité

La première étape c’est quand le bébé est au sol. Là, il attrape ses pieds, il fait connaissance avec son corps et va ensuite l’utiliser pour se mouvoir. Le nourrisson va se retourner, regarder le monde un peu différemment car il est à plat ventre. Il va ensuite se déplacer. Avec le temps, l’enfant va pivoter, glisser, ramper, puis s’installer à quatre pattes. À ce moment-là il trouve la position assise.

Arrive ensuite la phase du quatre pattes. Elle est très importante pour le bébé car c’est là qu’il apprend à coordonner ses mouvements. La droite et la gauche, les mains et les pieds. La prochaine étape c’est la marche. Cependant le mot d’ordre est : ne jamais forcer ! Même si vous souhaitez au plus vite voir votre enfant se tenir sur ses pieds et avancer, il ne faut pas forcer. 

Le docteur Alain Benoit, pédiatre, rappelle que :

« Quand on porte un bébé sous les bras afin de le mettre debout, son réflexe d’équilibration est de tendre les jambes. Or avec les jambes totalement tendues, on ne peut pas marcher ! »

Inutile donc de forcer l’enfant à se mettre debout. Il faut le laisser arriver par lui-même à cette position. D’après l’expert, la fourchette pour les premiers pas d’un bébé est très large. Elle varie entre 8 mois et 2 ans. Le développement de chaque enfant est différent, il faut donc se laisser le temps et ne pas angoisser parce que l’enfant de la voisine marche plus tôt que le vôtre.

Cheminer seul donne confiance au bébé

Un enfant qui gambade et bouge seul apprend à faire face à différentes situations. Son esprit de réflexion se développe et il va trouver seul comment s’adapter au monde qui l’entoure.

Le fait de franchir des étapes, comme se retourner ou ramper pour attraper un objet, lui donne confiance et l’envie d’aller plus loin. Évitez de l’aider, l’idée est qu’il trouve seul les stratégies, et arrive à résoudre les problèmes de lui-même, cela l’aidera pour ses réflexions futures.

Les freins à la motricité libre

  • Installer son enfant trop souvent dans un transat.

Le bébé est coincé dans la même position et ne peut rien faire d’autre qu’attendre qu’on le pose à terre pour essayer de se mouvoir. Installez votre enfant sur un tapis d’éveil par exemple, il sera plus à même de bouger.

  • Le trotteur, la fausse bonne invention

Vous voyez votre nourrisson marcher, soutenu par le trotteur. Seulement avec ce type d’appareil, le bébé ne pose pas correctement ses pieds au sol car il est soutenu. Il n’a donc pas conscience du poids total de son corps. C’est aussi un frein à son développement et à son appréhension de l’espace. Lorsqu’il est dans un trotteur et qu’il se cogne contre un mur c’est le trotteur qui prend un coup, pas le bébé. Cela ne lui donne donc pas une vision de lui-même dans l’espace.

La rédaction de La Maison des Maternelles