france.tv

Alcool et tabac : les interdits de la grossesse

2 min de lecture
Publié le 12.03.2021 à 11h04 
(mis à jour le 12.03.2021 à 15h40)

Rachel Halimi, sage-femme libérale à Paris, livre à LMDM ses recommandations et conseils concernant la consommation d’alcool et de tabac lorsque l’on est enceinte.

LMDM – Si l’on consomme de l’alcool en tout début de grossesse lorsque l’on ne sait pas que l’on est enceinte, est-ce dangereux pour le fœtus ?

Rachel Halimi - Il faut se rassurer, cela arrive à quasiment toutes les futures mères et il n’y a généralement pas de conséquence sur le bébé. Au tout début de grossesse, l’invasion trophoblastique n’a pas eu lieu, c’est-à-dire que le placenta du bébé n’est pas inséré dans la muqueuse utérine, donc l’embryon n’est pas encore relié à la maman. L’invasion trophoblastique se fait 15 jours après la fécondation.

En ce qui concerne l’alcool, pour certains professionnels, c’est la tolérance zéro alors que d’autres sont plus modérés. Qu'en est-il vraiment ?

Je suis pour la tolérance zéro. À la limite, une gorgée dans la coupe de son conjoint. Mais, il est trop difficile de quantifier la consommation d’alcool qui ne présenterait véritablement aucun risque pour le fœtus. Dans le doute, mieux vaut s’abstenir.

Pour le tabac, c’est la même intransigeance que pour l’alcool ?

Oui, je suis tout-à-fait opposée au discours selon lequel il vaut mieux fumer un peu plutôt que d’être stressée. On ne peut pas dire que la cigarette ce n’est pas grave. Ça a de réelles répercussions sur l’enfant à naitre et je tiens à rappeler que ça donne le cancer. C’est donc dans l’intérêt de la femme d’arrêter ! Mais il faut se faire accompagner car le sevrage tabagique est très difficile. Le conjoint aussi peut en profiter pour arrêter !

La rédaction de La Maison des Maternelles