france.tv

Agnès Buzyn : « La tension dans les maternités est réelle »

3 min de lecture
Publié le 22.05.2019 à 16h47 
(mis à jour le 14.06.2019 à 16h50)

Avec la fermeture des petites structures, les maternités qui pratiquent plus de 3000 accouchements par an sont en constante augmentation.

Deux-tiers des maternités ont fermé en France en 40 ans... Une situation qui crée des encombrements dans les services, et mettent en difficulté les soignants, comme témoigne Nadine Knezovic, sage-femme cadre au CHRU de Strasbourg, une maternité qui pratique environ 10 accouchements par jour. :

« Quand vous avez plus de femmes qui viennent que de personnel qui peut les accueillir, forcément à un moment, ça coince ! On essaye de rappeler parfois des gens en plus quand c’est trop le rush… des gens qui n’étaient ni d’astreinte, ni de garde et qui viennent sur la bonne volonté. Chacun essaye de faire quelque chose pour arriver à re-stabiliser un bateau qui est en pleine tempête ! »

À la barre de cette maternité, le professeur Israël Nisand. Chef de service pendant 20 ans et président du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français, il tire lui aussi la sonnette d’alarme :

« La situation s’est dégradée dans toutes les maternités -y comprit la nôtre- dans les 10 dernières années. Les sages-femmes me disent : " Il y a 10 ans, je venais faire mes gardes avec le plaisir de faire cet extraordinaire métier..." Aujourd’hui, elles me disent : " Nous venons avec la boule au ventre ". On est dans une situation d’insécurité grandissante et de baisse de la qualité [des soins] »

Le système semble tenir principalement sur l’investissement des soignants, mais jusqu’à quand ? Invitée de l’émission La Maison Des Maternelles en janvier 2019, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé. réagissait à ce sujet :

« La tension dans les maternités est réelle. C’est vrai dans d’autres disciplines médicales, parce qu'en réalité ce problème d’effectif, notamment d’effectif médicaux est vrai partout en France. Avec le regroupement des maternités, il y a une surcharge de travail. Nous avons prévu de faire une réunion de travail avec les acteurs de ce secteur pour voir si on ne peut pas raisonner différemment. Il y a la question des fermetures [de maternités], des centres de périnatalités, la question des effectifs… c’est vrai qu’on travaille avec des ratios qui ont été calculé il y a une dizaine ou une vingtaine d’années, et qui peuvent être re-questionnée. J’ai prévu de faire au Ministère une réunion de travail avec les obstétriciens et les sages-femmes »

La rédaction de La Maison des Maternelles