france.tv

Ado, je suis tombé dans l’alcool

5 min de lecture
Publié le 17.01.2022 à 16h06 
(mis à jour le 17.01.2022 à 16h15)

À son entrée en seconde, Enzo commence à boire. Il revient sur son rapport avec l'alcool pour LMDM.

De la 1ère gorgée aux comportements dangereux

Enzo était un enfant timide, sportif et très investi dans la natation dès ses 6 ans. De ses 12 à 16 ans, le jeune homme est en sport-étude (ces classes encouragent les élèves dans la pratique d’un sport à haut niveau tout en continuant les cours classiques en vue de passer le baccalauréat). Il participe régulièrement à des courses de natation. Mais à ses 16 ans, lassé du rythme des entraînements et de la compétition, il arrête pour avoir une vie plus souple : 

« Je me suis lassé de ce rythme, j’étais quotidiennement fatigué, entre les devoirs et les entraînements. Je me suis dégoûté de mon sport. J’ai arrêté au fur et à mesure dans mon année de seconde. Et je me suis mis à boire. »

Jeune lycéen, Enzo découvre les sorties nocturnes, se fait de nouveaux amis. L’alcool rentre petit à petit dans sa vie, il pense maîtriser sa consommation. Au bout d'une dizaine de soirées à boire raisonnablement, Enzo veut tester ses limites. Il décide, alors qu’il est en soirée, de boire tout ce qu'il lui passe sous la main :

« Je me disais que je ne sentais pas l’alcool tant que ça. À une soirée, alors que j’étais avec des jeunes plus âgés -18 ans- j’ai commencé à boire en mélangeant les alcools. Sans expérience réelle de tout ça, je me suis dit : « On va continuer : champagne, vodka, whisky… » Et ça a bifurqué dans le côté négatif de l’alcool. »

La consommation abusive de l’alcool commence à lui faire avoir des comportements dangereux :

« L’alcool développe l’égo, on se croit invincible. Alors que je sortais de soirée, un soir, un ami m’a donné le défi d’aller dans un lac. J’y suis allé, en pleine nuit, sous alcool. Une autre fois, j’avais bu 20 verres d’alcool fort. Je vomissais énormément, j’étais vraiment très mal. »

La prise de conscience

Après cette soirée, Enzo a un peu arrêté, avant de repartir de plus belle. Puis, il y a eu « la soirée de trop » Le jeune homme raconte : 

« J’étais en licence au deuxième semestre, nous étions allés en boite de nuit. L'alcool coulait à flots. En plein milieu de la soirée, j'ai eu envie d'aller aux toilettes et je suis tombé. Mais je ne me suis pas rendu compte de la douleur. Le lendemain quand je me suis réveillé, j’avais très mal donc je suis allé à l’hôpital. Résultat, j’avais un coude cassé et j’étais condamné à porter un plâtre pendant six mois. »

Enzo se sent alors très mal à ce moment-là. Il s’en veut, se rend compte qu’il a été trop loin :

« Quand on est sportifs et qu’on ne peut plus rien faire, on est très mal dans sa peau. J’essayais de courir, ou même d’aller marcher, mais je ne pouvais pas, donc j’étais très mal dans ma peau. Je me suis dit qu’il fallait que je ralentisse, que j’y aille moins fort. De voir mon coude comme ça, tous les jours, pendant 6 mois où je n’ai rien pu faire, à part me soigner. Je me suis dit que l’alcool était néfaste. »

Enzo prend alors conscience que sa consommation d’alcool est toxique. Depuis il a considérablement réduit sa consommation d'alcool : 

« Pour moi, c'est fini les soirées où l'alcool coule à flot ! Je suis très heureux d'avoir repris le sport. C'est ma motivation. Je ne bois plus que pour certaines occasions et très raisonnablement ! C’est un verre pour le plaisir. Je n’abuse plus, j’ai eu peur des conséquences de l’alcool. »

La rédaction de La Maison des Maternelles