france.tv

Ado fugueur : comment réagir ?

5 min de lecture
Publié le 07.12.2021 à 11h16 
(mis à jour le 07.12.2021 à 13h34)

Un.e ado qui fugue, c’est une situation toujours très préoccupante pour les parents. Mais comment réagir ? Réponse avec le professeur Philippe Duverger, pédopsychiatre et chef du service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent au CHU d’Angers.

LMDM - Pourquoi les enfants ou les adolescents fuguent-ils de chez eux ?

Pr Philippe Duverger : Il y a deux raisons principales :

  • Une première, impulsive et transgressive, pour rejoindre un(e) ami(e), chercher de la liberté qu’on n’a pas, une « échappée belle », sans danger. Ça peut être ludique, adolescent.
  • Une deuxième, plus inquiétante et plus fréquente : pour rompre avec une situation insupportable. Sans forcément d’ailleurs qu’il y ait de raisons précises mais c’est insupportable, intenable : il faut fuir. C’est une conduite de rupture avec quelque chose d’insupportable, avec l’idée qu’il faut que quelque chose change. Ça a vraiment valeur d’appel, c’est ça qu’il faut entendre. C’est un moment de vérité souvent, de ce qu’il se joue dans la famille. Il faut dans cette façon de fuguer qu’il faut s’inquiéter.

Quel sont les signes à repérer avant la fugue d’un ado ?

C’est compliqué. Mais tous les symptômes et signes qui relèvent de comportement de rupture, de mal-être : modifications de comportement, repli, isolement, conflits familiaux, agressivité… L’absentéisme scolaire, qui est d’ailleurs déjà une forme de fugue. Tous les signes qui montrent que l’ado ne va pas bien. Les parents -les mères surtout- sont très sensibles et s’aperçoivent bien qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Les pères aussi le sentent, mais le disent moins, ou pas. Les mères vont s’inquiéter, le dire. Elles vont percevoir ces petits symptômes qui peuvent présager d’un comportement de rupture, où à ce moment-là, de manière impulsive, il y a une fugue.

Comment faut-il réagir lors du retour à la maison de mon ado après sa fugue ? 

Les conséquences de la fugue sur les parents sont la culpabilité et le sentiment d’impuissance, parfois d’incompréhension, d’injustice. À cela, s’ajoute la colère et la rancœur, l’angoisse. Il faut essayer pour les parents de réagir en ne mettant pas cette colère en premier plan. Essayer, quand l’ado revient -car il faut du courage pour revenir- de l’entendre. Essayer de renouer le dialogue, comprendre, mettre des mots, discuter, s’associer à la souffrance de l’ado, partager quelque chose. C’est compliqué mais c’est un moment important car il y a eu une rupture, il faut raccrocher quelque chose : la fugue c’est un décrochage. Il faut raccrocher pour maintenir le lien.

La rédaction de La Maison des Maternelles