france.tv

Accoucher dans une position physiologique [vidéo intégrale]

Publié le 29.06.2020 à 11h16 
(mis à jour le 29.06.2020 à 15h23)

Certaines femmes choisissent de ne pas accoucher dans la position gynécologique classique, c’est-à-dire sur le dos. Quels avantages ? Comment cela se passe ? LMDM vous répond. 

La position d'accouchement gynécologique, sur le dos et les pieds dans les étriers est beaucoup décrié. Cette position ne facilite pas forcément la venue au monde de l’enfant. Adrien Gantois, sage-femme libéral, nous explique pourquoi elle est malgré tout privilégiée dans les maternités : 

« C’est lié à l’organisation, c’est plus simple pour le praticien de pratiquer un accouchement gynécologique. Cependant, on peut aussi avoir une bonne position sur le dos. Il s’agit d’avoir le dos bien droit, le lit ne doit pas être plié en deux mais bien droit sous le dos de la patiente. »

Pour lui, il est possible de mettre une « touche de physiologie » dans un accouchement classique, notamment en profitant de salles natures ou physiologiques d’une maternité. 

Péridurale et position physiologique

On peut se demander s’il est possible d’accoucher dans une position physiologique alors que l’on a reçu une péridurale. En effet l’anesthésie réduit un peu la force que l’on a dans les jambes. Pour Adrien Gantois, c’est d’abord une question de ressenti, même avec une péridurale il est possible de se sentir mieux sur le côté ou en position quatre pattes. Les lits d’accouchement sont performants et faits pour être adaptés à la position que souhaite la patiente. 

D’autre part, aucune position n’apparaît comme une solution miracle pour échapper à la péridurale et accoucher sans douleur. Cependant, en se basant sur ses ressentis, il est possible de trouver la position qui nous conviendra le mieux : 

« Il n’y a aucune étude qui dit quelle est la meilleure position. Mais il faut faire confiance à ce que l’on ressent. Généralement sans péridurale les femmes agissent en fonction de leurs ressentis, elles se mettent dans une position qui leur paraît être la meilleure. Nous on est là pour qu’elles soient dans un cadre sécurisé, mais ce sont elles qui choisissent la position qu’elles ressentent être la meilleure. »

Se préparer à exécuter ces positions

Pour un accouchement dans une position physiologique, il est bon de se préparer en amont à les exécuter pour apprendre à pousser en les réalisant. Cela permet de réduire les risques de de déchirure et le recours à une épisiotomie. Andrien Gantois le confirme, la préparation est essentielle :

« Je compare souvent l’accouchement à un acte sportif comme une grande randonnée ou un marathon.  Je pense que se réconcilier avec son corps, c’est une bonne façon d’aborder la naissance, notamment par la préparation, le yoga qui permettent de prendre conscience de ce qui travaillera le jour de l’accouchement. »

Quelques positions physiologiques 

Parmi les positions pour accoucher, en voici quelques-unes :

  • Allongée sur le côté
  • Assise 
  • Accroupie 
  • À quatre pattes 
  • À genoux 
  • Debout 

Chacune de ces positions possède des variantes et peuvent être accompagnées d’outils pour s’aider, telles que des suspensions qui permettent à la femme de s’accrocher pour se maintenir accroupie. Ces positions permettent :

  • De soulager les contractions,
  • De favoriser l’ouverture du bassin,
  • De limiter les conséquences de l’accouchement. 

Adrien Gantois rappelle que toutes ces positions favorisent l’arrivée du bébé et que c’est vraiment sur le moment que chaque femme pourra trouver celle qui lui convient le mieux en fonction de ses sensations. 

La rédaction de La Maison des Maternelles