france.tv
Parole d'expert

Accouchement : tout savoir sur la poussée

3 min de lecture
Publié le 29.09.2020 à 14h06 
(mis à jour le 02.10.2020 à 16h04)

C'est une étape qui peut faire peur aux futures mamans : pousser à l'accouchement. Suivez les conseils de notre sage-femme, Anna Roy.

 

Qu’est-ce que la poussée ?

« C’est la phase où le bébé est très bas dans le bassin et qu’il ne lui reste plus que les quelques millimètres à faire pour sortir. C’est la dernière ligne droite, on a un surcroît de motivation. »

Avant de savoir comment pousser, il faut savoir quand le faire. D’après Anna, la sage-femme, tout se fait naturellement :

« Souvent les femmes le ressentent très bien, et appellent les sages-femmes qui attendent qu'elles aient l’envie de pousser. En fait on sent comme un très fort appui, et c’est ça cette fameuse envie de pousser. On peut dire que c’est comme quand on va à la selle. »

Combien de temps faut-il pousser ?

« Nous en France on a décidé que c’était entre 30 et 45 minutes, pas plus. Ça veut dire que quand la sage-femme vous donnera son top départ, il faut y aller ! »

À titre de comparaison, les anglo-saxons ont placé la limite à 1 heure et demie. D'après Anna, en France, les choses devraient évoluer dans ce sens dans les prochaines années.

2 techniques de poussée différentes

Il faut savoir que l’accouchement peut se faire dans plusieurs positions différentes. Mais qu’importe celle choisie, les techniques de poussée restent les mêmes :

« Il y a la première technique de poussée que l’on dit "bloquée". C’est celle qui est la plus fréquente, surtout pour un premier bébé, parce qu’elle est plus efficace et comme on a un temps de poussée qui est très réduit, il faut être efficace puisqu’il ne faut pousser que pendant les contractions. On prend plein d’air dans les poumons, par la bouche ou par le nez, on bloque l’air et on pousse. Je contracte mes abdominaux, je pousse vers le bas et vraiment au niveau du périnée. La deuxième technique de poussée, qui est un peu plus douce, est une poussée où on laisse passer un filet d’air. Donc là on prend tout plein d’air, on garde son air mais au lieu de bloquer complètement on va laisser passer un petit filet d’air en pinçant les lèvres. Il faut quand même pousser sur les abdominaux. Le problème c’est que cette technique est beaucoup moins forte et qu’avec notre temps de poussée qui est relativement court, souvent ce n’est pas suffisamment efficace. »

Petite chose à savoir, la poussée dîtes "bloquée" peut légèrement abîmer le périnée, mais est « nettement plus efficace ». Et de l’efficacité il en faut car le bébé doit sortir en 6 à 10 contractions ! Lorsque les 45 minutes sont écoulées, le personnel médical doit utiliser des forceps, des ventouses ou encore des spatules. Mais rassurez-vous, vous serez guidée par les sages-femmes.

Dernière étape : arrêter de pousser

C’est l’étape finale, lorsque la tête du bébé commence à sortir, les sages-femmes vont vous demander d’arrêter de pousser et de laisser faire :

« On pousse, on pousse, on pousse, puis à un moment donné le bébé va avoir tout une partie de sa tête dehors, c’est un moment où il faut s’arrêter de pousser sinon sa tête se défléchie et risque de faire des lésions sur le périnée. La sage-femme va sortir la tête du bébé millimètre par millimètre. Ne vous inquiétez pas, ça ne dure pas deux heures, ça ne dure que quelques secondes. »

La rédaction de La Maison des Maternelles

Expert

Anna Roy

Sage-femme

expert-photo