france.tv

Accouchement inopiné : les réflexes à connaître

3 min de lecture
Publié le 18.09.2020 à 16h17 
(mis à jour le 30.09.2020 à 15h37)

Accoucher dans sa voiture ou sur le bord de la route, cela reste rare mais arrive ! Comment réagir si vous vous retrouvez face à une femme sur le point d'accoucher ? Une sage-femme donne ses conseils. 

Julie et Christophe sont les heureux parents de Terry, 15 mois, née d’une façon pour le moins originale ! Alors qu’ils sont en route pour la maternité, Julie ne peut plus attendre : elle va devoir accoucher dans la voiture. Si Christophe a su rester calme et assurer le bon déroulé de l’accouchement, cela peut être une angoisse pour beaucoup de parents. Kadidia Traoré, sage-femme à la maternité des Bluets à Paris, nous explique en quelques points le comportement à adopter et les gestes à appliquer dans ce contexte.

Le calme comme règle d’or

Si cela peut être plus facile à dire qu’à faire, c’est cependant primordial ! Le parent doit à tout prix garder son calme, comme nous l’explique Kadidia Traoré :

« Rester calme c’est le plus important. Parce que sinon tout le monde cède à la panique. La maman vous connait parce que vous êtes le papa, donc vous êtes un bon point de repère, vous êtes quelque chose de positif pour elle. Donc c’est à ce moment là qu’il faut être le plus calme possible, même si c’est difficile pour vous, ça va faire un bien fou à tout le monde »

Le parent qui accompagne la maman n’a pas besoin d’être un expert pour l’aider :

« On lui demande à quel moment elle a les contractions. De toute façon dans son corps elle le sent. Elle sait comment elle doit se positionner, elle sait comment elle doit pousser. Elle a mal mais elle sait ce qu’elle doit faire à ce moment-là, si elle ne cède pas non plus à la panique. »

Assister la maman et accompagner le bébé

La sage-femme détaille ensuite les étapes à suivre lorsque le bébé commence à sortir :

« Madame pousse dès qu’il y a une contraction, Monsieur se met au niveau du périnée, si c’est possible pour lui de regarder bien sûr. À ce moment-là, il faut qu’il prenne son courage à deux mains. Il n’a rien à faire au début, le bébé va avancer tout seul sur une contraction. Madame a une contraction, elle va sentir l’envie de pousser, elle va pousser. Au moment du petit couronnement, il y a un petit bout de crâne qui sort -on appelle ça le petit couronnement dans notre jargon. Il aura juste à mettre les mains au niveau du périnée postérieur, donc au niveau du bas de la maman, mettre une main sur la tête du bébé et accompagner la présentation. Il ne repousse pas la tête du bébé, il l’accompagne. »

Que faire du cordon ombilical ?

Cela peut être une appréhension lors d’un accouchement : le cordon autour du cou du bébé. Mais Kadidia Traoré tient à rassurer les parents :

« Une fois que la tête sort il ne faut pas paniquer. Comme monsieur a dit, il faut regarder s’il y a un cordon autour du cou. On passe juste un doigt autour de la présentation et si on sent un truc qui pulse, effectivement il y a un cordon. On ne panique pas, le bébé reste oxygéné de toute façon, il est relié au placenta. On retire juste le cordon comme si on retirait un collier. S’il est trop serré on exerce une petite traction, sans tirer. Il va se dérouler dans tous les cas, un cordon c’est long. Une fois qu’on l’a retiré, c’est la reconstitution qui va venir après. La tête est sortie, le cordon est retiré : la restitution, c’est la restitution des épaules. Comment on sort le bébé ? Souvent ça se fait naturellement. La restitution c’est quand l’épaule postérieure va sortir en premier. Monsieur a juste à mettre ses deux mains au niveau des tempes de l’enfant et accentuer la restitution. »

Le placenta

Enfin, dernière étape : le placenta. Encore une fois il ne faut pas céder à la panique, plusieurs solutions s’offrent à vous :

« Une fois que le bébé est sorti on le pose sur la maman pour qu’il se réchauffe. Le plus de chaleur qu’il pourra percevoir, c’est sur sa maman. Le placenta a 30 minutes naturellement pour sortir donc on ne panique pas. Les 30 minutes, soit on a le temps d’aller à la clinique la plus proche, soit on attend le samu. On laisse faire, on laisse le placenta arriver tout doucement. La maman, on peut lui demander de pousser aussi pour aider la sortie du placenta. Elle fait une pression positive donc elle pousse en expirant, on ne bloque pas l’air, c’est plus naturel. Le placenta sort, on le récupère. Il ne faut pas qu’il pende trop, il ne faut pas qu’il soit tractionné. Il faut vraiment qu’on le pose sur le ventre du bébé, et ensuite le bébé sur maman et on emballe le tout. »

La rédaction de La Maison des Maternelles