france.tv

Accouchement inopiné : comment réagir ?

3 min de lecture
Publié le 09.09.2021 à 15h08 
(mis à jour le 13.09.2021 à 17h29)

Anne-Isabelle Boulogne Munoz est sage-femme coordinatrice à la maternité de l’hôpital Beaujon à Clichy. Elle nous éclaire sur les bons réflexes en cas d’accouchement inopiné. 

LMDM - Est-ce qu’une menace d’accouchement prématuré (MAP) présage d’une naissance express ?

Anne-Isabelle Boulogne Munoz - Non, la MAP peut entraîner un accouchement plus tôt que prévu dans la grossesse, mais ça n’a pas de rapport avec la vitesse de l’accouchement. Il y a des femmes qui font des MAP et ont un accouchement classique à terme, on doit même parfois les déclencher ! 

Dans un accouchement inopiné, que faire du cordon ombilical et le placenta ?

Pour le cordon : Une fois que le bébé est né, vous pouvez prendre de la ficelle faire 2 petits liens de chaque côté et le couper, sachant que le bébé aura une injection antitétanique à la maternité. La ficelle sert à clamper, on arrête la circulation fœtale, il passe en circulation normale, il va prendre de l’air, crier. On clampe ce cordon, mon met de la ficelle et on coupe au milieu. On peut aussi ne pas y toucher.

Pour le placenta : On ne fait pas la délivrance, on ne touche à rien ! Si par contre la femme a envie de pousser car elle sent que le placenta arrive, elle poussera, ça sera un réflexe pour elle et ça se fera très instinctivement. Dans ce cas on garde bien le placenta pour le montrer aux équipes ensuite qui l’étudieront notamment pour voir s’il est complet et que rien n’est resté dans l’utérus.

Enceinte de 7 mois et vivant dans une maison isolée, je crains de ne pas détecter à temps les signaux d’alarme, comment évaluer la rapidité du travail ?

Ça dépend si c’est un premier, un deuxième, troisième… Normalement, pour un premier, on dit qu’on attend 2 heures de contractions toutes les 5 minutes avant de venir à la maternité. Pour un deuxième, il faut faire plus attention, c’est plus rapide. L’utérus a une petite mémoire de savoir quand il va se mettre en route. Et puis, la maman pour le premier a pris du temps, a été à la maternité une fois, on l’a renvoyée chez elle, ce n’était pas le bon moment, etc… Pour le second, la maman peut attendre un peu plus longtemps… et c’est comme ça qu’on peut se faire avoir !

Est-ce que le second parent – ou la personne présente sur le moment – doit intervenir pendant la sortie du bébé ?

Normalement non ! En général, les bébés qui naissent rapidement et à terme, il n’y a vraiment rien à faire, ça se passe vite et bien. En 25 ans de carrière, je n’ai jamais eu d’accouchement inopiné qui se soit mal passé !

Une fois le bébé sorti, quelle est la première chose à faire ? 

Sécher le bébé, le mettre sur le ventre de la maman en peau à peau (la meilleure des couveuses) et le couvrir. C’est vraiment la chose essentielle à faire avant l’arrivée des secours pour lutter contre l’hypothermie. Et d’autant plus pour un bébé un peu prématuré.

Si le bébé ne crie pas tout de suite ou paraît un peu bleu : est-ce que c’est forcément inquiétant ?

Non, c’est normal. Nous les sages-femmes on cote l’Apgar (premier test qui évalue les fonctions circulatoires et respiratoires, ainsi que l’état neurologique du nouveau-né, NDLRau bout d’une minute : en fait une minute c’est long ! C’est le temps d’acclimatation du nouveau-né à la vie extra-utérine. Au bout d’une minute si rien ne se passe il faut le stimuler un peu : lui frotter un peu le dos, lui gratouiller le dessous des pieds... 

La rédaction de La Maison des Maternelles