france.tv

8 conseils pour réussir l’adaptation en crèche

3 min de lecture
Publié le 21.09.2020 à 17h05 
(mis à jour le 22.09.2020 à 16h06)

Laëtitia Sirolli, psychologue, nous donne ses conseils pour que l’entrée en crèche de bébé se passe le mieux possible.

Verbaliser en douceur

Il faut dire à l’enfant que l’on ne l’abandonne pas, que c’est une séparation. On peut dire : « Maman et papa vont aller travailler ». On peut parler des ainés, s’il y en a, qui eux vont aller à l’école, et dire à son enfant : « Toi, tu vas aller à la crèche ». Et surtout dire a son enfant que l’on se retrouve le soir. Les enfants sont perméables aux émotions. Donc plus le parent va être rassurant, plus le bébé sera rassuré. Si on est paniqués dans notre manière de verbaliser la chose, ils risquent de ressentir un danger. Parlez simplement à l’enfant, en lui disant que ça va bien se passer, lui expliquer qui il va rencontrer, comment sa journée va se passer...

Donner des repères dans le temps

Pour les enfants un peu plus grand, il ne faut pas hésiter à donner des repères. Dire par exemple, que la crèche va commencer après les grandes vacances, ou donner un nombre de « dodo » au fur et à mesure.

Faire une première séparation dans un cadre familiale

Ce n’est pas une obligation, mais si on a la possibilité de faire une première séparation dans un cadre familial, pourquoi pas. Cela permettra à l'enfant d'être séparé de ses parents une première fois.

Prévoir une période d’adaptation

La période d’adaptation est nécessaire, quel que soit le mode de garde (crèche ou assistante maternelle). C’est important car c’est un moment où l’on va apprendre tous à se connaitre : l’enfant, les parents, et la personne qui garde l’enfant. Il faut y aller progressivement.

Communiquer

Parler avec le personnel de la crèche ou l'assistante maternelle des habitudes de l'enfant. L’objectif étant de suivre au plus près les habitudes des enfants, avec bien sur les contraintes de la crèche et de la vie en collectivité. 

Si l’enfant pleure

Si votre enfant pleure à votre départ, essayez de garder en tête que séparation compliquée ne veut pas dire journée compliquée pour l’enfant ! Un enfant peut pleurer quand son parent s'en va, et ce n'est jamais très agréable. Néanmoins souvent cela passe rapidement. Il faut faire la part des choses. Il ne faut pas partir vite, il faut dire au revoir à son enfant, en revanche quand on dit au revoir il faut partir. On peut s’autoriser à passer un coup de fil pour se rassurer dans la matinée aussi au début.

Jouer à « coucou-caché »

L’enfant, particulièrement autour de 8 mois, connait l’angoisse de séparation. C’est-à-dire qu’il prend conscience qu’il est une personne séparée de sa mère, et donc, avec cette prise de conscience vient l’angoisse que sa mère puisse disparaitre. Si le début de la crèche arrive à ce moment là, cela peut donc compliquer les choses… Pour palier à cela, vous pouvez jouer à votre enfant à « coucou-caché » : votre enfant comprendra ainsi petit à petit que vous pouvez disparaitre puis réapparaître.

Rassurez-vous

La peur d’être remplacé, la peur de lâcher prise auprès de son enfant... La séparation peut faire naitre chez les parents des angoisses diverses. Comme être dépossédé dans son rôle de parent, moins aimé, ou louper des choses importantes du développement de son enfant. Rassurez-vous : vous restez en tant que parent la figure d’attachement principale de l’enfant. Les figures d’attachement secondaires, comme l'assistance maternelle ou le personnel de la crèche, permettent à votre enfant de se sécuriser et d’aller vers l’éxterieur.

La rédaction de La Maison des Maternelles