france.tv

3 clés pour aborder les abus sexuels avec les enfants

2 min de lecture
Publié le 26.06.2020 à 13h37 
(mis à jour mardi dernier à 11h13)

C’est un sujet difficile et pourtant indispensable à aborder avec des petits pour prévenir les risques. LMDM vous propose 3 clés pour parler des abus sexuels à ses enfants. 

Chaque parent veut protéger et informer son enfant, mais sans lui faire peur pour autant. Alors, comment trouver l’équilibre ? Jocelyne Robert est sexologue et auteure du livre Te laisse pas faire ! aux éditions de l'Homme. Elle donne des clés aux parents pour expliquer les agressions et abus sexuels à leurs enfants.

  1. Parler d’abord de sexualité 

Avant d’évoquer les aspects négatifs il est bon de parler de sexualité sur une base neutre, voire positive. Car les abus sexuels ne doivent pas être le premier sujet lié à la sexualité dont on discute avec son enfant : 

« Conduisons-nous simplement, comme on le fait pour n’importe quel autre domaine. On parle des beautés de la forêt, du plaisir à y aller, puis ensuite on dira qu’il y a aussi des dangers. La meilleure prévention c’est une éducation sexuelle limpide. »

  1. Utiliser un vocabulaire clair 

Il est important que l’adulte soit à l’aise avec le sujet, car l’enfant percevra la gêne, le mal-être de ses parents lorsqu’ils en parlent. Et pourra se sentir gêné d’en parler à son tour. Cela passe notamment par l’utilisation de mots clairs pour définir les parties du corps et ne pas développer de gêne avec les termes désignants les parties génitales de l’enfant :

« Il faut que les enfants connaissent les vrais termes. Si un enfant est agressé sexuellement et qu’il se retrouve devant un juge, il doit avoir les mots pour nommer ce qu’il a subi. »

  1. Saisir l’occasion quand elle se présente 

Il est préférable de ne pas prendre l’enfant entre quatre yeux pour discuter de sexualité ou d’abus de façon grave. Cela peut être inquiétant. Mais il peut être bon en revanche de profiter des moments où l’on surprend l’enfant dans la découverte de son corps, ou bien lorsqu’il pose des questions sur le sujet. Quand ils sont jeunes, les enfants sont fascinés par la différence des sexes par exemple, ils s’observent et on peut les surprendre à « jouer au docteur ». Ce sont justement ces moments qui peuvent être utilisés pour faire de la prévention. Par exemple en leur disant qu’un grand ne doit jamais faire cela avec eux, et pas même un grand de la famille. 

La rédaction de La Maison des Maternelles