france.tv

1 femme = 1 sage-femme : pétition pour une naissance respectée

2 min de lecture
Publié le 19.11.2020 à 10h23 
(mis à jour le 23.11.2020 à 17h30)

Anna Roy, sage-femme, laisse éclater sa colère quant à la situation des femmes qui accouchent dans notre pays et lance une pétition pour réclamer la présence d’une sage-femme par femme accouchant.

Mardi 17 novembre, Anna Roy, sage-femme, lance un appel sur Europe 1 : il est urgent d’apporter aux femmes de meilleures conditions d'accouchement en France.

#Jesuismaltraitante

Tout est parti de son compte Instagram. Le 11 novembre, Anna Roy rédige un post où elle explique avoir été maltraitante. Ce jeudi 19 novembre, sur le plateau LMDM, elle précise :

« J’ai repensé à une garde que j’ai faite avec 3, 4 patientes en travail, plus les urgences à gérer, donc on navigue à vue. Je me dis « Le système est maltraitant » mais non, je me dis « Anna, c’est toi qui pose les actes ». Je fais mal mon travail et je pose des actes maltraitants. Et je ne suis pas la seule, j’invite tous les médecins les infirmier.es etc, tout le monde à le dire ! »

« Où est l’humanité ? »

« Il y a des situations qui m’ont frappé dans mon exercice. Il y a des gens qui arrivent, on pose le monitoring, il n’y a pas de cœur de bébé, le bébé est décédé. Une fois, ça m’est arrivé, et je me suis cassée ! Je me suis cassée parce qu’il fallait faire accoucher une femme à côté. Vous laissez des gens dans ce désarroi-là ! Elle est où l’humanité ? »

« Les naissants et les mourants nécessitent le plus grand soin »

« La façon dont on traite les gens qui naissent et les gens qui meurent, ça dit beaucoup d’une société humaine. Aujourd’hui il faut se poser des questions. Les naissants et les mourants nécessitent le plus grand soin. Le Covid a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Il y a des gens qui sont morts dans des conditions dont je ne préfère pas parler pendant cette première vague, c’est-à-dire seul. »

1 sage-femme = 1 femme 

Anna a donc lancé, avec d’autres femmes, une pétition qui réclame 1 femme pour 1 sage-femme :

« Beaucoup de pays le font, n’y a rien de révolutionnaire, les Anglais sont très soucieux de la dépense publique et ils ont fait passer cette loi ! Je ne suis pas en train de dire un truc de dingue ! Aujourd’hui on est très loin de ça. Et les inégalités augmentent. Plus vous êtes informé, plus vous avez les moyens, plus vous avez la possibilité de vous mettre à l’abri. Mais tout le monde doit pouvoir naitre et mourir dans des conditions dignes ! »

Arnault Pfersdorff, pédiatre , soutient le message d’Anna Roy :

« Je soutiens à fond Anna Roy. En tant que pédiatre réanimateur je suis souvent en salle de naissance. Nous on se bat depuis des années avec les administrations, parce qu’on a des comptables au-dessus de nous, qui regardent l’activité. Mais le problème en salle de naissance c’est que l’activité peut-être très fluctuante, on peut avoir une nuit que 3 naissances, et le lendemain 10. La médecine ça n’est pas des chiffres. Tant qu’une femme n’a pas accouché, on ne peut pas savoir combien de temps ça va durer, tout peut arriver, il faut être disponible. »

La rédaction de La Maison des Maternelles