france.tv

0-1 an : comment se développe la motricité de mon bébé ?

4 min de lecture
Publié le 25.06.2020 à 14h57 
(mis à jour le 25.06.2020 à 15h05)

Premier sourire, premiers babillages, premier 4 pattes… Tous les mois entre 0 et 1 an, votre tout-petit réalise de nouveaux exploits au niveau moteur. À quel moment passe-t-il ces étapes clés ? Comment l’accompagner dans ses acquisitions ? Le Dr Tania Ikowsky, médecin de PMI à Paris, nous donne ses réponses. 

Les premiers gestes 

Dès les premières semaines du bébé, ce dernier est déjà capable d’une multitude de choses. Au niveau moteur, il exécute déjà ce que l’on appelle les réflexes archaïques. Par exemple il se met en flexion au niveau des membres quand on stimule la paume des mains ou la plante des pieds, il écarte les bras et ouvre les mains quand il ne sent pas le sol sous lui : c’est tout à fait normal.

Si on le redresse et qu’on met sa main derrière son cou on peut voir qu’il a déjà un début d’équilibre avec sa tête. S’il est posé sur le ventre il peut déjà appuyer sur ses avant-bras ou pousser contre nos mains avec ses pieds. Il est capable de suivre un mouvement des yeux à 30-40 cm de lui, il réagit au toucher, aux bruits. 

Le retournement

Entre deux et cinq mois, les bébés apprennent à se retourner du dos au ventre et inversement. Ils commencent aussi à attraper, à joindre leurs mains. Et à 5 mois ils ont une compréhension des objets beaucoup plus affirmée, ils commencent à avoir conscience de leur corps. Selon le Dr Tania Ikowsky, il faut néanmoins les aider un peu à exécuter ces gestes :

« Le poids de la tête d’un bébé fait tout de même un tiers de celui de son corps, c’est comme si nous avions un casque de 20 à 30 kg sur la tête, que l’on nous allongeait sur le dos en nous demandant de nous relever, de nous retourner sans aide. Ce n’est pas évident, donc il vaut mieux le guider un peu. »

Les étapes suivantes du développement moteur 

  • Entre 4 et 6 mois : le bébé apprend doucement à se tenir assis. 
  • À 6 mois il attrape ses pieds : il connaît le haut et le bas de son corps, il a une meilleure conscience de ses limites corporelles. 
  • Entre 8 et 10 mois le 4 pattes se met en place. 
  • Et enfin : la marche qui arrive entre 9 et 18 mois.

Peut-il y avoir des retards de développement ? 

Effectivement, certains enfants peuvent mettre un peu plus longtemps pour développer leurs capacités motrices, cela concerne surtout les bébés nés prématurément nous explique la spécialiste :

«Les prémas et grands prémas qui ne sont pas arrivés complètement à maturité savent faire pleins de choses mais il faut être vigilant notamment au niveau sensoriel. Pour leur développement on raisonne la 1 ère année en âge corrigé : ça permet aux mamans de ne pas s’inquiéter d’un bébé qui ne se retourne pas à presque 4 mois en âge réel par exemple, ça ne veut pas dire qu’il est en retard. Il y a aussi les bébés qui ont eu des complications autour de la naissance (infection de fin de grossesse, manque d’oxygène...) : il peuvent récupérer très bien mais il faut être attentif. Et enfin il y a les maladies neurologiques qui nécessitent un suivi spécialisé qui permettra de soutenir le développement de l’enfant et accompagner le parent de très près. »

Comment aider son bébé à développer ses capacité motrices ? 

  • Ce qui est déconseillé :

« Laisser un bébé statique toute la journée sur le dos ou sur un transat (il apprend en bougeant, en stimulant son corps). Et les tours de lit : ça empêche la visibilité du bébé. Je conseille le demi-tour de lit (ou aucun) pour que le parent et le bébé puissent se voir tout de suite à l’entrée dans la pièce (prévention de la mort inopinée du nourrisson aussi). »

  • Ce qui est conseillé : 

« Une fois qu’il a 2 mois on peut le laisser un peu sur un tapis d’éveil à plat ventre, il se muscle les cervicales, le dos, etc. Le coussin d’allaitement en demi-lune est intéressant car ça permet de mettre le bébé pas complètement allongé sur le dos, il participe « demi assis » à la vie de la famille, ou de le placer sur le ventre, les bras au-dessus du coussin. Ça favorise le tonus et ça soutient le menton. Enfin on fait de l’espace autour de lui pour ses déplacements et on respecte son rythme : il montre s’il a envie de se mettre assis/debout, ça ne sert à rien de forcer. »

Des massages stimulants 

C’est quelque chose que tous les professionnels conseillent vraiment, cela n’apporte que du positif : du bien-être, du plaisir. Cela va aussi favoriser la conscience que le bébé a des limites de son corps, et donc un bon tonus musculaire. C’est très important. C’est aussi une façon de développer le lien entre le tout-petit et la personne qui le masse. 

Que faire si l’on a l’impression que son bébé est en retard ? 

Tout d’abord, il faut garder à l’esprit que tous les bébés sont différents, il ne sert à rien de s’alarmer s’il n’a pas acquis telle ou telle capacité à un mois précis. Consulter un pédiatre permet de se rassurer, de vérifier par exemple s’il n’y a pas de problème à la hanche si votre bébé a du mal à tenir assis. Comme nous l’avons vu la première année est très riche en apprentissage et chaque enfant progresse à son rythme. Le Dr Ikowsky nous rappelle le plus important : « Le bébé apprend en bougeant ! » 

La rédaction de La Maison des Maternelles